Rejoignez la communauté

Le blog de référence pour les parents séparés, et un passage obligé pour aborder votre nouveau quotidien plus sereinement.

Famille recomposée: la place du beau-père ou de la belle-mère

5 minutes

COOT - Famille recomposée: la place des beaux-parents

Vous venez de retrouver l’amour et l’avez annoncé à vos enfants ?

Vous refondez un foyer (et  donc une famille recomposée) avec vos enfants ou ceux de votre nouveau conjoint ?

C’est une belle aventure qui s’annonce, mais prendre sa place de beau-père ou belle-mère n’est pas inné. Vous devrez éviter quelques écueils et apprendre à composer pour préserver vos enfants aussi bien que votre couple au sein de votre nouveau foyer.

Vous avez peur de ne pas les aimer ? Ont-ils peur de vous aimer ?

Cela peut paraître paradoxal, mais au fond, vos craintes en tant que beau-père ou belle-mère peuvent souvent être opposées à celles des enfants de votre conjoint(e).

Pourquoi ? Parce que le sentiment le plus répandu des parents séparés dans votre situation est la peur de ne pas aimer des enfants qui ne sont pas les leurs, ou pas autant.

C’est grave docteur ? Pas vraiment. Vous avez eu neuf mois pour vous faire à l’idée de devenir parents, et des années pour apprendre à devenir le père ou la mère que vous êtes ! Comment pourriez-vous prétendre être en mesure d’aimer instantanément un enfant que vous avez rencontré il y a quelques jours ?

En fait, certains vous diront même qu’il n’est finalement pas absolument nécessaire d’aimer ses beaux-enfants.

Il faut à minima instaurer une relation de respect mutuel, et reconnaitre la place indéfectible de l’autre dans le cœur de la personne que vous partagez.

Les sentiments ne se commandent pas, y-compris dans une famille recomposée

A l’opposé, vos beaux-enfants peuvent être hanté par un sentiment de culpabilité vis-à-vis de son autre parent : c’est ce qu’on appelle le conflit de loyauté. Il pense que vous accepter reviendrait à trahir leur père ou leur mère. D’où la crainte de se laisser aller à vous aimer. Encore une fois, misez sur le temps, et désamorcez leurs angoisses petit à petit.

Le temps fera le reste naturellement.

Gardez à l’esprit qu’une famille recomposée nait aussi de la séparation d’une ou deux familles, avec les difficultés, les angoisses, les non-dits et les rancœurs que cela a pu générer.

Laissez donc le temps au temps, et privilégiez des activités communes, même passives (cinéma, concert,…) pour passer du temps ensemble et vous créer des souvenirs de famille et une histoire commune.

Quels sont mes droits au sein de la famille recomposée? Ai-je des devoirs ?

Votre famille recomposée aura sa propre organisation : ni vraiment celle de votre foyer précédent, ni vraiment celle de votre conjoint(e) avec son ex.

A vous de définir et de faire respecter les règles qui vous semblent importantes pour la bonne cohabitation au sein de votre foyer. Il est important de ne pas négliger votre rôle, y compris auprès des enfants de votre conjoint(e). Il est bien entendu que la charge de leur éducation revient à leurs parents, mais vous n’avez pas à vous effacer devant eux, s’ils ne respectent les règles de la maison.

Vous pouvez vous affirmez pleinement dans le rôle d’adulte responsable de la maison, au même titre que votre conjoint(e), qui d’ailleurs a une influence directe sur la place que vous réservent ses enfants.

Que dois-je attendre de mon conjoint vis-à-vis de ses enfants ?

En effet, votre légitimité vis-à-vis de ses enfants ne dépend que de votre conjoint(e) et du « pouvoir » qu’il veut bien vous accorder.

Comment ? En vous soutenant ouvertement et explicitement dans la mise en place de règles communes. Mais cela ne pourra se faire, s’il ne vous fait pas entièrement confiance. Car c’est bien la confiance qui sert de socle dans ce genre de situation : la confiance et l’acceptation de votre rôle en tant qu’adulte et coresponsable du foyer.

 

En conclusion, tout est une nouvelle fois question d’équilibre. N’oubliez pas que vous êtes l’adulte et qu’à ce titre, votre responsabilité et votre devoir de recul sont plus grands encore. Ne soyez pas exigeant trop vite vis-à-vis des enfants de votre conjoint(e), qui par ailleurs, expérimente les joies de la nouvelle coparentalité de ses parents…

L’une des clefs sera aussi la patience dont vous ferez preuve et l’espace que vous serez prêt(e) à lui céder, pour construire une relation sur des bases saines et solides.

Bonne lecture et à bientôt sur le Blog des Parents Séparés by COOT.